Etre un exemple

 

Etre un exemple

 

 

"Celui qui se relâche dans son travail est frère de celui qui détruit" (Proverbes 18.9)

 

 

Dieu s’intéresse à votre travail et à votre manière de le faire. En vérité votre avenir dépend de l’exemple que vous donnez et de votre comportement au travail. Pendant les prochains jours nous allons examiner ensemble, à partir du livre des Proverbes, quelques défauts à éviter et quelques bonnes habitudes à prendre, si vous voulez bénéficier des bénédictions divines.

 

La paresse : “Un jour, je suis passé près du champ ... D'un homme paresseux ... Des ronces et des mauvaises herbes poussaient partout, le mur de clôture était écroulé. J'ai réfléchi à ce que j'avais vu et j'en ai tiré la leçon : Tu dors un peu ... Tu restes étendu en te croisant les bras et pendant ce temps, la pauvreté arrive sur toi comme un rôdeur ...”. (Proverbes 24.30-34) La paresse produit la pauvreté tout comme un voleur dérobe vos biens. 

 

La Bible affirme :

 

1)- Que les hommes paresseux remettent souvent leur travail au lendemain : “Tu restes étendu en te croisant les bras ...” Ils disent qu’ils accompliront leur tâche le lendemain, mais ce lendemain ne vient jamais. 

 

2)- Que leur paresse coûte aux autres ! “Celui qui se relâche dans son travail est frère de celui qui détruit.” Ils se plaignent sans cesse, prennent des raccourcis, coûtent à leurs employeurs et font souffrir les autres. 

 

3)- Qu’ils ne persévèrent pas dans leur travail. Ils préfèrent abandonner avant de l’avoir accompli convenablement. “Le paresseux ne rôtit pas son gibier” (Proverbes 12.27). Il chasse le gibier mais ne va pas jusqu’à le préparer et le faire cuire ! Sa vie est pleine de projets jamais terminés. Vous reconnaissez-vous dans cette description ? 

 

4)- Qu’ils s’inventent toujours des excuses. “Le paresseux affirme : Il y a un lion dehors ! Je serai tué dans les rues !”. (Proverbes 22.13) Et quand il est à court d’excuses crédibles il en invente d’autres plus ridicules les unes que les autres. “A cause du froid le paresseux ne veut pas labourer”. (Proverbes 20.4) “Non, mais vous n’imaginez pas que je vais travailler par un froid pareil !” Et quand il fait chaud : “Il fait trop beau pour travailler !” 

 

Soyez consciencieux dans votre travail. Ne vous laissez pas aller à la paresse de peur de ne jamais rien réussir ! Si vous voulez acquérir une bonne mentalité vis-à-vis de votre travail, prenez exemple sur les fourmis, ces “mini” géants de l’industrie qui ont tant à nous apprendre sur la vie ! 

 

Observez trois détails à leur sujet :

 

1)- La fourmi n’a “pas de surveillant, ni de contremaître, ni de patron”. (Proverbes 6.8) Personne n’a besoin de la convaincre de se lever le matin pour partir au travail, ni de l’encourager à travailler avec régularité. Personne ne surveille comment elle s’y prend ni ne lui impose un rythme de production. Nul besoin de surveiller quand elle commence son travail, de passer au peigne fin sa méthode de travail, de surveiller qu’elle ne tire pas au flanc ou qu’elle ne s’arrête pas trop tôt. Elle n’est motivée que par son propre désir d’accomplir sa tâche, et s’impose à elle-même le plus haut niveau d’excellence, sans avoir à obéir à des règles imposées par d’autres, et sans craindre non plus de perdre son emploi.

 

2)- “Pendant la bonne saison, elle amasse de la nourriture. Au moment de la récolte, elle fait des réserves”. (Proverbes 6.8) Alors que tout le monde se plaint de la chaleur (du temps, de l’économie, de la politique ...), la fourmi travailleuse continue à préparer son avenir envers et contre tout. Plus tard, alors que la canicule est passée, au temps de la moisson, elle s’empresse de faire des réserves. Quelles que soient les circonstances, elle poursuit son travail, puis, lorsque les autres ont beaucoup de peine à survivre, elle, elle jouit enfin du fruit de son labeur. Dieu nous dit : “Regarde la fourmi et prends de la graine !”

 

3)- La fourmi ne tourne pas en rond à chercher sans cesse quelque chose à faire. Elle sait exactement ce qu’elle doit faire, où elle doit aller et comment elle doit s’y prendre pour accomplir sa tâche. Elle a un but précis sur lequel elle focalise toute son énergie, elle n’est arrêtée par aucun obstacle et elle persévère envers et contre tout. Impossible de la décourager ! “Vois comment elle se conduit et tu deviendras sage !”

 

“Mais mon emploi actuel ne mène à rien !” direz-vous. Tant que vous occupez cet emploi, “faites-le de tout votre cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes”. (Colossiens 3.23) Prouvez votre conscience et votre motivation là où vous travaillez aujourd’hui et Dieu pourra alors vous promouvoir à de plus hautes responsabilités.

 

Si vous voulez réussir votre vie, faites preuve d’intégrité ! Une enquête, citée par P.H, indique que 40% des travailleurs ont admis avoir volé sur le lieu de leur travail et 20% considéraient avoir de bonnes raisons pour le faire ! Leur manière de justifier leur action ? “Tout le monde le fait ! Pourquoi pas moi ?” ou “La compagnie fait de gros bénéfices, cela ne gênera personne !” ou “Ce n’est pas grand-chose, cela ne fera pas crouler l’entreprise !” ou “Après tout, j’ai été trop souvent lésé par mon patron. Je ne fais que me rattraper !” ou “Je mérite mieux que ce que je reçois. Après tout je travaille suffisamment dur !” 

 

Et que dit la Parole de Dieu ? 

 

“Le méchant se procure un gain trompeur ...” Dieu affirme que tromper son employeur en lui volant soit du temps soit des matériaux ou encore produire un travail bâclé sont des signes de méchanceté, la marque d’un esprit mauvais. Ceci n’est pas une légère accusation ! Nos patrons et nos clients devraient nous faire d’autant plus confiance que nous sommes chrétiens et que nous sommes honnêtes, travailleurs et avides d’excellence. Et de plus, voler n’est pas très intelligent, même si vous ne vous faites jamais prendre ! Le gain est “trompeur” dit la Bible. ”Les biens mal acquis diminuent ...”. (Proverbes 13.11) Il n’est pas possible d’obtenir de bons résultats en agissant de manière trompeuse. Cela risque de vous coûter cher mais aussi de faire du mal à vos proches et à ceux que vous aimez. “Celui qui est avide de gain illicite attire le malheur sur sa maison”. (Proverbes 15.27) La perte d’emploi, la réputation salie, l’humiliation, les coûts judiciaires et toutes leurs conséquences risquent de mener au divorce, à l’éclatement de la famille, et à la souffrance de beaucoup. Votre femme (ou votre mari) mérite un partenaire intègre. Vos enfants méritent un père et une mère honnêtes dont ils voudront imiter la conduite, assurés que le chemin sur lequel vous marchez est le “bon” chemin.

 

Une autre qualité importante que vous devrez développer au travail est l’assiduité. La plupart des employeurs admettent que leur plus grand défi est de trouver de bons travailleurs et de les garder. La force de toute entreprise est là. “Mains paresseuses apportent la pauvreté, mains assidues apportent la richesse.” L’assiduité exige de la discipline personnelle, de la motivation, de l’acuité mentale, de la persévérance et de la fiabilité. “L’assiduité au travail est un bien précieux”. (Proverbes 12.27) parce qu’elle est si rare ! Les travailleurs assidus méritent leur salaire : “Les plans de l’homme assidu mènent à l’abondance”. (Proverbes 21.5) Dans l’éthique divine le patron devrait profiter de votre travail et vous devriez profiter grâce à lui. Les bons ouvriers devraient s’engager à produire des bénéfices pour leurs employeurs. Voulez-vous prospérer ? Faites en sorte que votre patron prospère grâce à vous ! Les bons ouvriers sont heureux de cet état de fait, tandis que les ouvriers paresseux s’y opposent. C’est l’assiduité au travail qui devrait vous procurer de l’avancement, pas les manigances ni les tricheries. “L’homme qui travaille dur finira par commander, mais le paresseux deviendra un esclave”. (Proverbes 12.24) Aux yeux de Dieu, c’est votre attitude vis-à-vis de votre travail qui vous permettra un jour de commander ou qui fera de vous un esclave exploité. Les employés paresseux se plaignent toujours de patrons injustes, d’un système corrompu, de contremaîtres qui les oppriment pour plaire au patron ... Ils veulent obtenir des privilèges sans jamais travailler pour cela. “Le paresseux désire beaucoup de choses mais n’obtient rien ...”. (Proverbes 13.4) Parce que “ses mains ne sont pas prêtes à travailler”.. (Proverbes 21.25 TP) “Mais l’homme travailleur obtient ce qu’il désire”. (Proverbes 13.4) Les travailleurs assidus ont la satisfaction d’avoir bien fait leur travail, jouissent d’une réputation d’honnêteté, de la confiance de leurs pairs, réussissent dans leurs buts, profitent de promotions et surtout, entendront leur Maître leur dire un jour : “Bien joué, fidèle serviteur ...”

 

Une autre qualité essentielle, selon la Bible, pour donner un bon exemple sur son lieu de travail est la considération.

 

D’ailleurs, que vous soyez un officier haut gradé ou un simple soldat, le PDG d’une grande compagnie ou le gardien de nuit, un esprit de considération est important. Car la valeur d’un caractère n’est pas fonction de la position que l’on occupe ou de la classe sociale à laquelle on appartient. Le respect des autres doit se gagner un peu plus chaque jour. Si vous occupez une position de leadership, la Bible vous dit : “Connais bien chacune de tes brebis et prends soin de tes troupeaux”. (Proverbes 27.23) Les patrons et les dirigeants de valeur font en sorte de bien connaître les besoins, les qualités et les faiblesses, le potentiel et le niveau de motivation de chacun de leurs employés. S’ils le font avec considération et attention, la plupart du temps l’entreprise enregistrera une baisse du taux d’absentéisme, les employés seront moins souvent en maladie car leur moral sera meilleur et la qualité du travail s’améliorera. Une augmentation de salaire n’est pas toujours le meilleur moyen d’encourager les employés. Parfois une plus grande considération de la part des patrons et dirigeants, prouvant ainsi qu’ils s’intéressent au bien-être de leurs employés, à leurs craintes et difficultés, s’avère plus profitable ! Le meilleur moyen de se les aliéner est de les ignorer et d’asséner sur leurs têtes ordre après ordre. Le respect et la considération poussent à la coopération mutuelle, abolissent les barrières et font des employés les alliés de leurs dirigeants et non des adversaires. Ce qui fait ressortir le meilleur de chacun !

 

Si vous êtes un employé, Dieu vous promet : “Celui qui prend soin de son maître sera honoré.” Que gagnerez-vous à critiquer ou insulter votre patron, même si vos collègues vous invitent à les imiter ! Ces derniers, un jour, vous mépriseront si vous le faites, sachant que vous pourrez tout aussi bien les insulter eux-mêmes. Respectez votre patron et acceptez son autorité. (Romains 13.1-7) Si vous ne pouvez le faire, ne dites rien et cherchez un autre emploi. Dans la parabole des talents Jésus a dit que les serviteurs qui avaient pris soin des intérêts de leur maître, furent richement récompensés. N’oubliez pas que Dieu vous récompensera pour avoir respecté même le plus acariâtre des patrons !

 

Mais rien n’est plus important, pour réussir dans son travail que l’adresse et la compétence ! Les employés compétents le sont devenus en étudiant d’arrache-pied, en s’entraînant régulièrement et en travaillant dur. Bâcler son travail est tout simplement inacceptable aux yeux de Dieu. La compétence, ou l’adresse, n’est pas une qualité génétique, vous ne la recevez pas de vos parents, vous l’obtenez par votre travail personnel. Vous passez des nuits blanches, vous poussez toujours plus loin vos limites, vous refusez de vous reposer sur vos lauriers. Allez observer un artisan d’exception : Votre admiration s’accroît devant son attention du moindre détail, devant sa patience, sa persévérance, son amour de son art, la fierté qui illumine ses yeux devant l’oeuvre achevée. Un tel ouvrier force le respect et la confiance de tous. Il mérite votre admiration. Il n’existe pas de meilleur moyen, pour le chrétien, de prouver son appartenance à Christ, que de se comporter en ouvrier modèle, toujours à l’affût de l’excellence et de la compétence. Les autres, ses collègues ou ses supérieurs, l’écouteront lorsqu’il parlera, par respect pour son comportement exemplaire. Si vous en doutez, essayez donc de partager votre foi avec des collègues qui vous connaissent surtout pour être malhonnête, inconstant et incompétent, souvent prêt à bâcler son travail !

 

Mieux vaut alors vous taire et attendre le jour où vous aurez gagné le droit de parler ! Quel que soit votre travail, “faites-le au nom du Seigneur Jésus, en rendant grâce par Lui à Dieu le Père”. (Colossiens 3.17) En tant que disciples de Christ, nous devons toujours tendre à l’excellence. Nous devrions représenter, dans chacun de nos emplois, ce qui se fait de mieux et de plus fiable ! Nos patrons et nos clients devraient nous faire davantage confiance, sûrs d’obtenir toujours l’excellence, sachant que nous voulons imiter Christ dans chaque aspect de notre vie. L’ouvrier compétent ne peut jamais perdre car Dieu a promis que son travail serait inévitablement remarqué par les gens qui sont à même de le promouvoir et de le récompenser d’une façon ou d’une autre.

 

"Regarde l’homme qui fait bien son métier : Il pourra offrir ses services aux rois eux-mêmes". Il commence peut-être au plus bas de l’échelle, mais sa destination est le sommet !
Alain Hocq - ACO

 

 
Pour écrire au responsable d 'A.C.O, veuillez svp cliquer sur l'enveloppe - Merci 
 

                               

 

Retour page 'Accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :