La mort de Jésus — Que signifie-t-elle pour vous ?

 

La mort de Jésus — Que signifie-t-elle pour vous ?

 

 

 

“Toutes les armées qui ont jamais fait campagne, toutes les flottes qui ont jamais été construites, tous les parlements qui ont jamais siégé et tous les rois qui ont jamais régné n’ont pas, à eux tous, autant influencé la vie des humains que ce seul et unique personnage.” Ainsi s’est exprimé un homme de lettres, James Francis, à propos de Jésus Christ.

 

Si Jésus est perçu de diverses manières dans le monde, la Bible, quant à elle, l’identifie au Fils de Dieu et le présente comme un homme qui a fait preuve d’un amour allant jusqu’au sacrifice de sa propre vie. Jésus a indiqué de quelle manière, principalement, il a manifesté son amour, lorsqu’il a dit de lui-même : “Le Fils de l'homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs”. (Matthieu 20.28)

 

Qu’est-ce que cette rançon ? Pourquoi était-elle nécessaire ? Qui est racheté ? En somme, que signifie pour vous la mort de Jésus ?

 

Une rançon, c’est quelque chose qui libère. Donner une rançon pour quelqu’un, ou le racheter, signifie le délivrer de la captivité ou lui épargner un châtiment en payant un certain prix. Au sens spirituel, “racheter” signifie délivrer du péché et du châtiment qu’il fait encourir. C’est pour nous racheter d’une mort définitive que Jésus est mort (Genèse 2 :16,17). L’apôtre Paul a écrit: “Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur.” (Romains 6.23)

 

Les Écritures associent le paiement d’un prix de rachat au versement d’une rançon. On lit en Psaume 49.6-9: “Pourquoi craindrais-je aux jours du malheur, Lorsque l'iniquité de mes adversaires m'enveloppe ? Ils ont confiance en leurs biens, et se glorifient de leur grande richesse. Ils ne peuvent se racheter l'un l'autre, Ni donner à Dieu le prix du rachat. Le rachat de leur âme est cher, Et n'aura jamais lieu”. La rançon est donc une rédemption opérée par Dieu et non par un humain imparfait, quel qu’il soit.

 

La rançon est nécessaire parce que notre premier père humain, Adam, a péché. Du même coup, il a perdu la vie éternelle et parfaite dans un jardin créée par Dieu, et a été condamné à mort, ce qui n’était que justice, et a fini par mourir (Genèse 2.15-17 - 3.1-7 - 17-19 - 5.5). Étant ses descendants, nous avons hérité du péché et de la mort. “Comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu'ainsi la mort s'est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché, a écrit Paul.” (Romains 5.12). Effectivement, “en Adam tous meurent” (1 Corinthiens 15.22). C’est donc à juste titre que le psalmiste David a déclaré : “Je reconnais mes transgressions, et mon péché est constamment devant moi' (Psaume 51.5).

 

Tout descendant d’Adam doit obligatoirement être délivré de la condamnation au péché et à la mort pour récupérer la vie éternelle. Les humains imparfaits ne peuvent fournir la rançon nécessaire, mais YaHWeH, lui, l’a fournie avec amour par le moyen de Jésus Christ. Toutefois, qu’est-ce qui est acheté avec la rançon ? Quand Adam a péché, il a perdu la vie humaine éternelle et parfaite sur la terre, avec tous les droits et les perspectives qui s’y rattachent. C’est donc la même chose qui a été rachetée grâce au sacrifice rédempteur de Jésus.

 

La justice est satisfaite étant donné que la mort, châtiment du péché, frappe les humains. La rançon est donc une manifestation de la miséricorde et de la bonté de cœur de Dieu. À sa mort, Jésus s’est dessaisi de sa vie humaine parfaite, avec tous les droits et les perspectives qui s’y rattachaient, et il ne l’a jamais reprise, puisqu’il n’a pas été ressuscité homme de chair et de sang, mais créature spirituelle immortelle (1 Corinthiens 15.50 - 1 Pierre 3.18). La vie humaine que Jésus Christ a sacrifiée a donc conservé son pouvoir rédempteur, sa valeur de rançon.

 

Jésus, homme sans péché, se trouvait dans une situation semblable à celle d’Adam à l’origine quand il était parfait. Comme il est resté obéissant à Dieu jusqu’à la mort, Jésus a été fait Grand Prêtre, et il a présenté dans le ciel la valeur de son sacrifice humain parfait (Hébreux 9.24-26). YaHWeH Dieu ayant accepté ce prix rédempteur, Jésus a pu racheter du péché et de la mort les descendants d’Adam qui sont croyants en utilisant en leur faveur la valeur de son sacrifice (1Corinthiens 6.20 - 7.23 - 1Jean 2.1-2). Jésus est ainsi “devenu cause de salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent” (Hébreux 5.8-9). Ces humains peuvent donc en venir à être tenus pour justes par Dieu grâce à son Fils.

 

Dès lors, qui tire profit de la rançon? Les humains qui ont foi en cette disposition et se laissent guider par Dieu. S’ils le servent fidèlement, ils peuvent être libérés du péché et de son châtiment, la mort, et recevoir la vie éternelle (Jean 17.3).

 

Le premier homme, qui était libre d’obéir ou non à Dieu, a choisi la désobéissance. ‘Adam n’a pas été trompé’, mais il est demeuré un pécheur volontaire jusqu’à sa mort (1 Timothée 2.14). Qu’allait-il advenir de ses descendants?  Ils pourraient choisir soit de servir Dieu au mieux de leurs possibilités imparfaites, soit de désobéir à leur Créateur (Josué 24.15).

 

Jésus est venu pour “servir et donner sa vie comme la rançon de plusieurs.”. (Marc 10.45) Mais quels humains sont désignés par le terme “beaucoup” ? Adam n’est manifestement pas de leur nombre, puisque cet homme parfait a choisi délibérément de désobéir à Dieu et a été un pécheur volontaire et impénitent jusqu’à sa mort. Mais que dire de sa grande famille, composée de milliards d’individus? Avec un prix correspondant, Jésus Christ annule la condamnation héréditaire qui pèse sur la famille d’Adam (voir 1 Timothée 2.5-6). Jésus utilise la valeur du prix rédempteur qu’il a payé en faveur de “beaucoup”, en l’occurrence des croyants, ceux qui servent et obéissent à DIEU de la bonne manière.

 

Parmi les croyants rachetés, il y a et des Juifs et des Gentils, c’est-à-dire des gens des nations. Paul dit : “Comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s'étend à tous les hommes. Car, comme par la désobéissance d'un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l'obéissance d'un seul beaucoup seront rendus justes" (Romains 5.18-19). En mourant sur une croix, ‘Christ a, par achat, libéré les Juifs de la malédiction de la Loi en devenant malédiction à leur place, car il est écrit : “Maudit quiconque est pendu à un poteau" (Galates 3.13 - Deutéronome 21.23). Quant aux Gentils, il est question d’eux en Romains 4.11, où on lit que lorsqu’il était encore incirconcis, Abraham, ancêtre des Juifs, est devenu “le père de tous ceux qui ont foi étant dans l’incirconcision”. Le sacrifice rédempteur de Jésus profite donc à la fois aux croyants juifs et aux croyants gentils (les non-Juifs).

 

C’est la conduite de chacun qui détermine s’il bénéficiera ou non du sacrifice de Jésus. Comme Adam, ceux qui pratiquent le mal volontairement ne se voient pas imposer la valeur de la rançon ni la vie éternelle. Le Christ a dit : “Celui qui croit au Fils a la vie éternelle, celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui" (Jean 3.36). La rançon rend également possible une résurrection des morts dont Dieu conserve le souvenir (Jean 5.28-29). S’ils se montrent obéissants et reconnaissants, l’utilisation de la valeur de la rançon en leur faveur leur vaudra la vie éternelle sur terre. Quant à ceux qui vivent à notre époque, des “derniers jours”, ils ont la possibilité d’obtenir la vie éternelle sans avoir à mourir. (2 Timothée 3.1-5 - Matthieu 24.3-14 - 21 - 34 - Jean 11.25-26)

 

Quiconque désire bénéficier de la rançon doit être profondément reconnaissant pour cette disposition. Il est tout à fait normal qu’elle nous inspire de la gratitude. Dieu et le Christ n’ont-ils pas dû faire preuve d’un immense amour pour la fournir ? (Jean 16.32 - 17 - 11–22)

 

Effectivement, YaHWeH Dieu a manifesté un grand amour en fournissant la rançon par le moyen de la mort de son Fils. Jésus a dit: “ Dieu a tant aimé le monde (des hommes) qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu'il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui" (Jean 3.16-17). Ne devrions-nous pas être reconnaissant pour cette manifestation de l’amour de Dieu ?

 

Réfléchissez à la profondeur de l’amour dont YaHWeH a fait preuve en pourvoyant à la rançon. Avant d’être envoyé sur la terre pour y vivre et y mourir en tant qu’homme parfait, le Fils de Dieu existait déjà. Il était “le premier-né de toute création”, par l’entremise de qui “toutes les autres choses ont été créées dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles”. (Colossiens 1.13-16.) YaHWeH aimait profondément son Fils. Cependant, Dieu ne s’est pas contenté d’envoyer sur la terre l’un quelconque des millions d’anges justes. Non, son amour pour les humains était si grand qu’il a envoyé son Fils premier-né, celui qu’il a engendré, pour accomplir son dessein (Ephésiens 3.11 - Actes 13.33).

 

Pensez aussi à l’amour profond que Jésus a manifesté en rapport avec la rançon. Quand il était une créature spirituelle au ciel, il était l’“habile ouvrière” de Dieu. Certes, ‘les choses que le Fils de Dieu affectionnait étaient avec les fils des hommes’ (Proverbes 8.22-31). Toutefois, il ne lui a pas été facile de quitter le ciel, où il vivait dans d’excellentes conditions avec son Père et des myriades d’anges justes. De sa position céleste privilégiée, le Fils de Dieu pouvait voir la situation lamentable qui existait sur la terre et les ravages que le péché et la mort faisaient parmi les humains. Il savait aussi qu’il lui faudrait mourir pour fournir la rançon. Malgré tout, il “a pris la forme d’un esclave, et a paru dans la ressemblance des hommes. De surcroît, (...) Il s’est humilié lui-même et est devenu obéissant jusqu’à la mort”. En raison de sa fidélité, Jésus a été ressuscité pour la vie glorieuse dans les cieux (Philippiens 2.5-11). Quel amour il a montré en fournissant la rançon ! Sommes–nous reconnaissants pour ce qu’il a fait ? 

 

N’eût été la rançon, les pécheurs que nous sommes mourraient sans espérance, car “l’aiguillon qui produit la mort, c’est le péché” (1 Corinthiens 15.56). Que nous faut-il donc faire pour échapper à la mort qui nous attend, nous qui sommes aiguillonnés par le péché ? Il nous faut apprendre ce que Dieu a prévu pour le salut au moyen de Jésus Christ, puis montrer que nous avons foi en la rançon. De quelle façon ? En manifestant une reconnaissance sincère, en nous vouant à Dieu et en parlant autour de nous de cette disposition merveilleuse qui rend possible le salut.

 

Si nous agissons ainsi, nous pourrons faire partie de la “grande foule” de ceux qui “viennent de la grande tribulation, et (...) Ont lavé leurs longues robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau”, Jésus Christ (Apocalypse 7.9,14). Ces gens nourrissent l’espérance de vivre éternellement sur une terre paradisiaque (2 Pierre 3.13). Oui, nous pouvons faire partie de cette foule heureuse si la mort de Jésus est réellement précieuse à nos yeux.
Aurélien Laigre - ACO

 

 
Pour écrire à la modératrice du blog 'A Coeur ouvert 💖', veuillez svp cliquer sur l'enveloppe - Merci 
 

                               

 

Retour page 'Accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :