Souffle

 

 

Souffle

 

 

 

Quand j’étais enfant, il y avait dans le programme scolaire une heure que j’aimais particulièrement, c’était l’heure dite de "science naturelle". Parce que pour chaque sujet d’étude il n’y avait pas que la théorie, mais aussi la pratique, l’expérimentation.

 

C’est ainsi que pour étudier la pomme, il s’agissait aussi de la goûter. Cela parait logique, non ? de goûter pour connaître, plutôt que de se contenter d’observer … La connaissance intellectuelle ne compensera jamais la connaissance expérimentale, quand il s’agit de pomme ou de chocolat, on est tous d’accord. Et quand il s’agit de Dieu ? Pourquoi en irait-il, là, autrement ?

 

Dieu, on l’étudie, et à son sujet on discute, on argumente, on raisonne, pour prouver et démontrer, mais cela est-il suffisant ? La réponse à cette question nous est donnée à travers tous ceux qui se détournent de lui, préférant aller "pratiquer" leur sport le dimanche matin plutôt que d’assister au culte … Si effectivement Dieu n’est qu’un "objet" d’étude à côté de tous ceux qui tout au long de la semaine nous occupent et nous préoccupent, s’il n’est pas le Souffle qui régénère et ressource, alors, on les comprend, car le dimanche n’a-t-on pas besoin, essentiellement, de "souffler".

 

Comment donc Dieu peut-il renouveler, régénérer ma vie, l’habiter d’un souffle porteur ? Pour cela, ce qui importe, ce n’est pas que nous ayons des opinions, mais des convictions. Ce n’est pas seulement que nous connaissions notre catéchisme mais aussi que nous reconnaissions des traces de Dieu dans l’histoire. Celle du monde et la nôtre ! Ce qui importe, ce n’est pas que nous cherchions à trouver des preuves de Sa présence mais que nous éprouvions Sa présence. La connaissance intellectuelle ne suffit pas, il faut encore la connaissance expérimentale ! C’est alors que ma vie peut être habitée d’un souffle porteur qui la renouvelle !

 

Si Dieu s’est fait homme en Jésus-Christ, c’est pour être avec nous (en lien) et le lien se vit ! Pour que le nom de Dieu respire la vie et soit pour moi porteur de vie, je dois vivre en lien avec lui par la prière, l’écoute de sa Parole, et ma confiance (ou foi) en ses promesses.


Et c’est peut-être ce lien vécu qui me permettra de comprendre Dieu là où la raison achoppe à l’incompréhension. Car ce Dieu on ne peut pas comprendre qu’il se laisse clouer sur la croix ! Symbole de rejet, de mépris, de fragilité, d’échec, la croix concentre en elle toute la folie de Dieu aux yeux du monde, et toute notre incompréhension d’humains se heurte à ce mur de folie ! Pourquoi, mais pourquoi donc Dieu renonce-t-il à sa puissance, au lieu de montrer, démontrer, convaincre qu’il est Dieu ? Quelle folie à nos yeux, quand chacun de nous doit constamment se justifier, prouver ses compétences, se valoriser, gagner l’estime, l’admiration, la reconnaissance d’autrui … 

 

l’attitude de Dieu nous parait totalement incompréhensible. Dieu ne veut-il donc pas gagner l’humanité à sa cause ? Il semblerait que non. Alors que veut-il ? Que veut Dieu ? Eh bien, nous sauver … De l’illusion que nous pourrions le connaître, le comprendre à force de l’étudier comme un objet autour duquel on tourne sans fin … Comme une pomme que l’on tourne et retourne entre ses mains, sans jamais la connaître de l’intérieur faute d’y avoir goûté … Et si c’était le fait d’éprouver Dieu ... Dans le lien vécu de la foi, qui permettait de comprendre Dieu et de tenir un discours tout autre sur cette apparente folie qu’est la croix ? Si le lien de confiance vécu nous faisait découvrir que la folie est du côté des humains qui cherchent des "preuves" objectives, extérieures à eux, de l’existence de Dieu, quand Lui nous appelle à éprouver dans notre aujourd’hui Sa présence comme une énergie positive qui nous renouvelle … Que la folie, oui, est du côté des humains qui se contentent d’un savoir sur Dieu ,sans se laisser concerner pratiquement- par Lui … Folie encore du côté de ceux qui parlent de Dieu en pensant le connaître sans pourtant jamais l’avoir entendu parler à leur cœur, sans avoir jamais reconnu son intervention dans leur histoire, sans avoir jamais ressenti sa bienveillance .. La croix ne voudrait-elle pas nous sauver de cette folie-là ?

 

Face à la croix il n’y a que deux attitudes possibles : Soit nous nous détournons, scandalisés par un Dieu qui cache sa divinité sous l’opprobre de cette mort. Soit nous accueillons Dieu tel qu’il se donne, crucifié, dans la confiance qu’il nous révèle ainsi qui Il est. Et nous découvrons alors un Dieu tout autre, que nous n’imaginions pas : Transformant le monde par l’impuissance de l’amour qui se donne jusqu’au pardon, priant l’humanité de faire confiance à l’amour comme seul chemin de vie possible. Alors la croix, folie pour l’intellect, devient pour nous révélation de Dieu ... D’un Dieu qui est présent, avec nous là où nous sommes, aussi léger et discret et, tout à la fois, aussi vital qu’un Souffle d’amour.
Hélène Marx 

 
Pour écrire à la modératrice du blog 'A Cœur ouvert', veuillez svp cliquer sur
l'enveloppe - Merci de bien vouloir nous informer de tout lien mort svp 
 

                               

 

Retour page 'Accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :