La moisson se fera à la fin des temps

Publié par A Coeur Ouvert

La moisson représente la fin du monde, explique Jésus, la fin de notre monde. Lors de la moisson, lorsqu’un cultivateur avait de l’ivraie dans son champ, comme l’ivraie est plus courte que le blé, les moissonneurs coupaient le blé juste sous l’épi et laissaient la tige et l’ivraie sur place. Les deux seront coupés par la suite et serviront de combustible. Tel que l’indique Jésus, ce n’est qu’à la moisson que l’on pourra trier le bon grain de l’ivraie. A ce moment seulement, un bilan sera fait et un tri opéré. Est-ce un retour à la logique du "ou bien/ou bien" ? On brûle les bottes d’ivraie et on récolte les grains dans le grenier. Les choses seraient-elles redevenues claires ? Oui, un tri se fera à la fin des temps, mais il est bien précisé "à la fin des temps" !

Autre précision importante : Le tri n’est pas de notre ressort ! Il ne nous appartient donc pas de commencer à trier aujourd’hui. Sur cette terre, il ne nous faut pas commencer à vouloir essayer de trier. N’arrachons pas trop vite, ne condamnons pas trop vite ce qui paraît mauvais.

D’autres images de la fin des temps que nous donne l’Evangile laissent supposer que nous pourrions avoir des surprises dans ce tri final. Les justes ne sont pas forcément ceux que nous pensions. Voilà que les pécheurs et les prostituées nous devanceront dans le Royaume dira Jésus en un autre endroit de l’Evangile (Matthieu 21) ! La question n’est donc pas de savoir ou de rechercher qui fait partie de quel côté, mais tout d’abord, si je suis bon grain parmi l’ivraie ! Puis, lorsque nous voyons la corruption et la mauvaise graine de l’ivraie, il nous appartient de rester fidèle à notre appel d’être bon grain, en d’autres termes, garder notre témoignage au Dieu de la Vie et non pas commencer à vouloir "purifier" le champ en ôtant ce qui nous semble mauvais et qui l’est peut-être. Le risque est celui de tomber dans le rigorisme et la volonté de pureté selon notre propre définition. Et c’est là que le piège est dangereux.

Bien-sûr nous ne pouvons pas tout accepter en pensant que Dieu reconnaîtra les siens et faire comme s’il n’y avait pas de problème. Non, les ouvriers du maître ont bien vu qu’il y avait de l’ivraie, de la zizanie semée dans le champ. Nous pouvons donc bien le voir, constater ce mal qui nous environne. La question se situe d’une part sur notre propre perspective : Etre le bon grain, et d’autre part de ne pas effectuer le tri avant la moisson.

C’est vrai ce n’est pas simple, et la tentation sera toujours là de vouloir effectuer nous-mêmes ce tri, mais il ne nous appartient pas de le faire. Voyez-vous comme de façon simple, l’Evangile énonce des vérités difficiles à comprendre ! Jésus le sait et c’est pourquoi il termine son explication de la parabole par ces mots : "Que celui qui a des oreilles entende !"» Et qui plus loin demande à ses disciples : "Avez-vous compris tout cela ?" Que Dieu nous soit en aide pour comprendre et vivre toujours davantage la Bonne Nouvelle du salut.

Manon Adrian ACO - Janvier 22

Merci de bien vouloir svp nous informer de tout lien mort ou anomalie sur cette page

                                                               

Retour page 'Accueil'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :