Le découragement

Publié par A Coeur Ouvert

Sans attendre que l’autre change, il est nécessaire de réfléchir sur notre attitude personnelle. Elie s’enferme dans le découragement et il le répètera plusieurs fois à Dieu ; pourtant, un ange vient le toucher et lui dire : "Lève-toi, mange. Il mangea et but, et se recoucha. L’ange de l’Eternel vint une seconde fois, le toucha et lui dit : Lève-toi, mange car le chemin est trop long pour toi" = ressaisis-toi ! je te donne les forces nécessaires pour accomplir une tâche importante, continue à assumer les responsabilités que je t’ai confiées et ce sera difficile encore ...

Nous ne comprenons pas quand Dieu dit cela parce qu’avec nos enfants, les conseils sont plutôt du style : "Tu en as assez … ? Laisse ça alors …". "Elie se leva et but et avec la force que lui donna cette nourriture, il marcha 40 jours jusqu’à la montagne de Horeb" = un lieu particulier de rencontre avec Dieu, pour Moïse, pour Elie aussi. Quoi de plus réconfortant que de recevoir les promesses de Dieu et l’assurance que dans notre chemin difficile, notre foi en Christ nous permettra de ne pas nous laisser submerger par le découragement ? (Hébreux 12.2-3) : "Gardons les yeux fixés sur Jésus, pensez à celui qui a enduré de la part des hommes pécheurs une telle opposition contre lui, pour que vous ne vous laissiez pas abattre par le découragement".

Ne pas essayer de changer l’autre à notre image

Une autre piste : Quelqu’un faisait remarquer : "N’essaie jamais d’amener quelqu’un à te ressembler, tu sais bien qu’un seul comme toi, … Ca suffit". Le problème de notre découragement peut venir du fait que les autres ne sont pas encore arrivés là où nous sommes, ni comme nous sommes, ni comme nous estimons qu’ils devraient être. Mais pour Dieu – c’est difficile de se le rappeler – chacun est unique et précieux.

Nous avons à être patients avec ceux qu’il n’est pas en notre pouvoir d’améliorer, nous nous contenterons de les présenter à Dieu. Mais souvent, les lacunes (des autres) nous hérissent tellement que nous ne pensons même pas à prier pour eux. Et peut-être nous faut-il admettre que ce n’est pas nous qui pourrons améliorer leur comportement. Alors nous commencerons à prier avec amour pour eux.

En parlant des problèmes de certains chrétiens de l’Eglise de Corinthe qui ont été "une cause de tristesse" (2 Corinthiens 2.5), Paul ajoute : "Vous devriez lui accorder votre pardon et le réconforter, afin qu’il ne soit pas accablé par une tristesse excessive. Je vous engage donc à lui témoigner de l’amour" et cela dans le but de "ne pas laisser Satan prendre l’avantage sur nous" (v11). Il termine ainsi cette 2° lettre écrite à ces chrétiens qu’il n’a jamais abandonnés malgré leurs divergences : "Ce que nous demandons à Dieu dans nos prières : Votre complet rétablissement" (2 Cor 13.9).

Regarder à son propre perfectionnement

Une autre réflexion pleine de sagesse : "Consacre tant d’heures à ton perfectionnement qu’il ne te reste plus de temps pour critiquer les autres". Comme certains qui considèrent beaucoup plus les épines que la rose elle-même, il est possible de s’arrêter sur les travers des autres. Et c’est pour nous que Jésus a pris une image qui est dure, non à comprendre mais à accepter pour soi : (Matthieu 7.3-5).

Le grand défaut des hommes, c’est d’abandonner leur propre champ pour aller ôter l’ivraie de celui des autres. Dans la parabole du bon grain et de l’ivraie (Matthieu 13.28), les ouvriers demandent au maître : "Veux-tu que nous allions enlever l’ivraie ?" Réponse du maître : "Non, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même le blé" : Le désir de purifier les autres n’est pas de notre ressort, mais il nous faut rappeler que c’est le Seigneur qui nous jugera (Matthieu 13.41-43).

Une personne blessée a besoin d’une main secourable, pas d’un doigt accusateur et cela pour ne pas la décourager ni nous conduire nous-mêmes au découragement par voie de conséquence. Pour vivre cela, Dieu veut nous remplir de son amour pour que nous persévérions malgré tout et être les instruments entre ses mains pour le salut d’autres ou leur permettre de connaître un changement dans leur comportement. Voilà le message d’encouragement dans ces circonstances difficiles : Aimer en vue du salut.
Alain Hocq - ACO - Janvier 22

Merci de bien vouloir svp nous informer de tout lien mort ou anomalie sur cette page

                                                               

Retour page 'Accueil'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :