Le "pasteur"

Publié par A Coeur Ouvert

"Paul et Timothée, serviteurs de Jésus-Christ, à tous les saints en Jésus-Christ qui sont à Philippes, aux évêques et aux diacres" (Philippiens 1.1)

Dans le Nouveau Testament, il n'est fait nulle part mention d'une Eglise dont un "pasteur" dirigerait les affaires. Cette charge est toujours assumée par un groupe d'anciens de la localité. Et nulle part nous ne trouvons une présentation plus claire et plus complète des personnes composant une Eglise que dans le verset de la lettre aux Philippiens que nous venons de citer. L'Eglise, c'est "tous les saints", avec "les évêques et les diacres". Les "diacres" sont les hommes qui ont été désignés "pour servir aux tables" (Actes 6.2-6), c'est-à-dire ceux qui s'occupent exclusivement des activités temporelles de l'Eglise. Les "évêques" sont les anciens qui veillent à tout ce qui touche à l'Eglise (Actes 20.17-28 et Tite 1.5-7 sont très clairs à ce sujet). Avec les "évêques" et les "diacres", il y a "tous les saints". Ces trois catégories constituent toute l'Eglise et aucune autre catégorie de personnes ne peut être introduite dans une Eglise sans faire d'elle une organisation non scripturaire.

Considérons un instant le rôle des diacres. Ils n'occupent pas une position aussi importante que les anciens qui dirigent l'Eglise, ils sont choisis par l'Eglise pour la servir. Ce sont eux qui exécutent les décisions que le Saint-Esprit inspire aux anciens et à l'Eglise. Parce qu'ils ont, en réalité, plus à faire avec la vie de l'assemblée qu'avec l'œuvre du ministère*, nous pensons qu'il suffit ici de la brève mention que nous venons d'en faire. 

(* Remarquons que dans nos versions le mot traduit par ministère est le plus souvent "diakonia" qui désigne l'œuvre du diacre (diakonos) d'où une certaine confusion.)

Deux points, en rapport avec les anciens, appellent une attention particulière. Premièrement, ils sont choisis parmi les frères. Ce ne sont pas des ouvriers qui ont un appel spécial de Dieu pour se consacrer exclusivement à un travail spirituel. Généralement, ils ont une famille et une profession; ce sont simplement des croyants comme les autres, de bonne réputation. Deuxièmement, les anciens sont choisis parmi les frères de la localité. Ils ne viennent pas d'un autre endroit, ils ont été mis à part dans le lieu même où ils vivent et ne sont pas appelés à quitter leurs occupations habituelles, mais simplement à consacrer leur temps libre aux responsabilités de l'Eglise. (Actes 14.23 - Tite 1.5)

Il a été souligné précédemment que, dans la Parole de Dieu, il est question d'anciens locaux mais non d'apôtres locaux. Paul n'a pas laissé Tite en Crète pour qu'il dirige les affaires de l'Eglise mais pour qu'il établisse, dans chaque localité, des anciens qui seraient eux, responsables de ces affaires. L'affaire d'un apôtre est de fonder des églises et de désigner des anciens, jamais d'assumer dans les églises une quelconque responsabilité. Si, dans un endroit, un apôtre prend en charge les affaires de l'Eglise locale, il change soit la nature de son mandat, soit la nature de l'Eglise. Aucun apôtre venant d'ailleurs n'a qualité pour exercer la charge d'ancien local, celle-ci ne peut être exercée que par des hommes de l'endroit.

Nous qui avons été appelés par Dieu à travailler dans l'œuvre, soyons tout à fait au clair sur ce point : Nous n'avons jamais été appelés à nous fixer quelque part comme pasteurs. Nous pouvons repasser dans les églises que nous avons fondées si tel est le cas pour y aider les croyants que nous avons précédemment amenés au Seigneur, mais nous ne pourrons jamais devenir leur "pasteur" ni porter la responsabilité des affaires spirituelles à leur place. Ils doivent se contenter des anciens désignés par les apôtres et apprendre à les honorer et à leur obéir. De toute évidence, les croyants ont besoin de plus de grâce pour se soumettre à ceux qui font partie de leur groupe et sortent de leurs rangs que pour se placer sous la direction d'un homme qui vient d'ailleurs et qui a des qualifications spéciales pour le travail spirituel. Mais c'est ainsi que Dieu l'a voulu et nous nous inclinons devant sa sagesse.

La relation entre l'œuvre et l'Eglise est vraiment très simple. Un ouvrier prêche l'Evangile, des âmes sont sauvées et, après un court laps de temps, quelques-uns de ceux qui, parmi les sauvés, sont plus avancés que les autres sont choisis comme responsables des affaires locales. Et voici l'Eglise établie ! L'apôtre suit alors la direction de l'Esprit pour se rendre ailleurs et là le même processus recommence. Ainsi la vie spirituelle et l'activité de l'Eglise locale se développent parce que les apôtres disposent de la liberté d'aller de lieu en lieu, prêcher l'Evangile et fonder de nouvelles églises.

Quand on parle d'une Eglise, la première question que l'on vous pose habituellement est celle-ci : "Qui en est le pasteur ?", ce qui signifie : "Quel est l'homme responsable du ministère et de l'administration des choses spirituelles dans cette Eglise ?". La conduite de l'Eglise selon le système clérical est extrêmement répandue mais la conception dans son ensemble est étrangère à l'Ecriture où nous voyons que la responsabilité de l'Eglise revient à des anciens et non aux "pasteurs" comme tels. Les anciens assurent seulement la surveillance de l'œuvre de l'Eglise, ils ne l'accomplissent pas à la place des frères. Si, dans une assemblée de croyants, le pasteur est actif et que tous les membres de l'Eglise soient passifs, cette assemblée est une mission, non une Eglise. La différence entre les anciens et les autres membres de l'Eglise est que ces derniers travaillent tandis que les premiers travaillent et surveillent le travail des autres.

Ainsi, d'une part, nous les différencions pour mieux les comprendre, et d'autre part, nous ne perdons pas de vue qu'ils sont tous reliés les uns aux autres en un seul Corps. Tout doit être fondé sur la base du Corps. L'Eglise c'est le Corps vivant en miniature, le ministère, ce sont les fonctions du Corps en service, l'œuvre, c'est l'extension du Corps en croissance. Ni l'Eglise, ni le ministère, ni l'œuvre ne peuvent exister comme étant quelque chose en soi. Chacun doit tirer son existence du Corps, trouver sa place dans le Corps et œuvrer pour le bien du Corps. Ils sont tous les trois du Corps, dans le Corps et pour le Corps. Si ce principe de cohésion du Corps et d'interdépendance des membres n'est pas reconnu, il ne peut y avoir ni Eglise, ni ministère, ni œuvre. On n'insistera jamais trop sur l'importance de ce principe car, sans lui, tout est fabriqué par l'homme au lieu d'être créé par Dieu. Le principe de base du ministère c'est le Corps. Le principe de base de l'œuvre, c'est le Corps. Le principe de base des Eglises, c'est le Corps. C'est le Corps qui aujourd'hui fait loi dans la vie et l'œuvre des enfants de Dieu. 
Alain Hocq - ACO - Janvier 22

Merci de bien vouloir svp nous informer de tout lien mort ou anomalie sur cette page

                                                               

Retour page 'Accueil'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :