Sur nos gardes

Publié par A Coeur Ouvert

"Voici, je vous l’ai annoncé d’avance" (Matthieu 24.25)

Il y a des choses dont nous devons nous souvenir et auxquelles il nous faut être attentifs. Lorsque Jésus a été livré pour être crucifié et qu'il fut ressuscité, il rappela à ses disciples qu'ils n'auraient pas dû être surpris, car il leur avait annoncé ce qui devait se produire. Mais leur cœur a été lent à se souvenir et à croire. Aujourd'hui, nous vivons des évènements dont Jésus a parlé en disant qu'il fallait que ces choses arrivent. Nous focalisons sur des  guerres qui semblent nous surprendre, comme à chaque fois qu'un événement important se produit dans le monde (séismes, épidémies, etc.) et nous emboîtons le pas aux commentaires des médias, du monde politique et de monsieur "tout le monde", c'est à qui aura la meilleure analyse de la situation, le commentaire le plus percutant et si nous sommes chrétiens, souligné bien sûr, de texte bibliques irréfutables. Nous entrons sans y prendre garde dans les conflits d'idées qui agitent le monde. J'ai même relevé dans les écrits de chrétiens des insultes à l'encontre de dirigeants de nations. 

Avez vous lu Jude, les  versets 9 et 10 ?

Si nous sommes disciples du Seigneur Jésus-Christ, nous devons en priorité rechercher les paroles de notre Maître, nous en souvenir et nous efforcer de les comprendre, afin que notre attitude soit celle dont Jésus nous parle : "Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche" (Luc 21.28).

Savons nous que nous attendons "notre délivrance". 

Il semblerait, pour certains, que tout va bien pour les enfants de Dieu, les élus ! Et qu'i n'y ait que ce "pauvre monde" qui souffre. C'est vrai, il souffre, mais Jésus nous parle de "notre" délivrance. Il y a des moments plus que d'autres, où nous devons nous rappeler qu'il nous faut "courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection" (Hébreux 12.2).

De quoi avons besoin d'être délivrés ?

"De la colère à venir" (1 Thessaloniciens 1.10). Vous vous êtes convertis à Dieu, en abandonnant les idoles pour servir le Dieu vivant et vrai, et pour attendre des cieux son Fils, qu’il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous délivre de la colère à venir. Nous devrions être conscients qu'il y a une colère à venir pour les habitants de la terre. Mais pour cela il nous faut sortir de notre sentimentalisme religieux, afin de penser et parler à la façon de Dieu. "Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’agneau" (Apocalypse 6.16). Imaginons-nous que l'Agneau soit en colère ? Nous ferions peut-être bien d'y réfléchir.

Délivrés de nos corps mortels pour revêtir l'immortalité

"Car il faut que ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corps mortel revête l’immortalité" (1 Corinthiens 15.53).

"Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : La mort a été engloutie dans la victoire" (1 Corinthiens 15.54).

Délivrés de la seconde mort

"Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux; mais ils seront sacrificateurs de Dieu et de Christ, et ils régneront avec lui pendant mille ans" (Apocalypse 20.6).

Les Écritures nous enseignent plusieurs choses concernant le retour du Seigneur Jésus-Christ :

la résurrection pour les uns, la transformation pour les autres, et l'enlèvement de ceux qui lui appartiennent, qui auront aimé son  avènement et qui l'attendent, c'est la première phase de ce qui est appelé "son avènement". Son apparition à tous lors da sa venue en gloire pour régner sur la terre. Un jugement venant sur le monde, qui s'appelle "la colère de Dieu et de l'Agneau". Nous devrions être conscients de la réalité et de la proximité de cet événement et de notre réunion avec le Seigneur, avec tous ses rachetés, afin de nous y préparer.

L'avènement du Seigneur Jésus-Christ 

Je n'entrerai pas ici dans la description de l'apparition ou la manifestation du Seigneur en ces jours là, je veux simplement rappeler  qu'il y a des signes auxquels nous devons être attentifs, afin d'éveiller votre conscience à cette interrogation nécessaire :

Aimons-nous ? Attendons-nous ? Hâtons-nous ? Son avènement

"Désormais la couronne de justice m’est réservée, le Seigneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement" (2 Timothée 4.8) - "de même Christ, qui s’est offert une seule fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l’attendent pour leur salut" (Hébreux 9.28) - "quelles ne doivent pas être la sainteté de votre conduite et votre piété, tandis que vous attendez et hâtez l’avènement du jour de Dieu" (2 Pierre 3.11-12).

Les signes de l’avènement. 

L’avènement du Seigneur sera précédé d’un certain nombre d’événements et signes :

- Des faux Christ et des faux prophètes séduiront beaucoup de monde. Mt 24.5 

- Des rumeurs de guerres se répandront et des guerres éclateront. 

- Il y aura des révolutions et des soulèvements dans les nations. 

- Des famines séviront, des régions entières du monde souffriront de la pauvreté et de la famine, tandis que des épidémies (pestes et autres) se répandront. 

- La terre tremblera en plusieurs endroits. (Mt 24.6-7) 

Les croyants seront persécutés, car ils seront haïs de toutes les nations. Ce ne sera pas seulement une religion contre une autre, mais une aversion généralisée contre les véritables disciples de Christ, qui se manifestera  dans les familles, parmi les peuples, et au sein même des  églises. Beaucoup se trahiront ou se haïront. (Mt 24.9-10) 

L’Évangile sera proclamé dans le monde entier. C'est à dire dans toutes les nations, dans le sens que tous les citoyens d'un peuple ou d'une nation entendront la bonne nouvelle. Le sens nations ne veut pas dire une démarche collective d'un peuple, mais un accès dans cette nation à quiconque voudra croire. (Mt 24.14) 

Ces signes doivent nous rendre attentifs. Jésus nous les a annoncés dans ce but, afin que nous soyons prêts. Nous ne devons pas attendre que toute l'Église visible soit unie, sans tache, etc ...

L'apôtre Paul dit que les derniers jours seront difficiles car :

"Les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force"( 2 Timothée 3.1-5).

Il dit encore que parmi ceux qui croient, certains abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons (1 Timothée 4.1). L'apôtre Pierre parle de moqueurs qui mettent en doute la proximité et la réalité du retour du Seigneur (2 Pierre 3.3). Souvenons des paroles de Jésus, dans plusieurs paraboles au sujet de son retour. Il insiste en disant que certains seront prêts et d'autres non. 

Le Seigneur ne reviendra pas dans un moment où l'Église sera euphorique dans une unité et une sainteté générale. Ce sera au contraire des temps de trouble, de doute, d'apostasie, de dureté du cœur, de souffrance pour les églises et même pour beaucoup de chrétiens, de reniements et  de trahisons.

C'est pendant que ces différentes choses, annoncées comme des signes qui annoncent sa venue, se produiront, que Jésus viendra comme le voleur dans la nuit pour rassembler et prendre avec lui ceux qui sont à lui, qui l'attendent et aiment son avènement. "Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement" (1 Thessaloniciens 4.16-17).

Ensuite, nous les vivants, qui serons restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur.

Puis d'autre événements se produiront qui correspondent à ce que l'apôtre Jean écrit dans l'Apocalypse :

"le soleil s’obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel" (Mt 24.29) 

Ici nous entrons dans le moment le plus critique de l'histoire de notre planète, quand les éléments naturels seront complètement bouleversés.  Les cieux seront ébranlés, la terre sera bouleversée par des tremblements et des éruptions volcaniques, La mer se déchaînera (Luc 21.25). "Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme lorsqu’un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places. Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes. Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l’agneau car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ?" (Apocalypse 6.12-17).

Le jour de la colère de l'Agneau sera là !

Cependant, Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ.

"Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent s’enivrent la nuit. Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l’espérance du salut. Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l’acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui" (1 Thessaloniciens 5.6-10).

"Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui" (1 Jean 2.28).  
Aurélien Laigre - ACO - juillet 22

                                                               

Retour page 'Accueil'

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :