Le Bulletin de la rédac'

 

 

 

 

La route des chrétiens

 

 

 

 

Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là., nous dit Matthieu 7.13. Ce chemin large plaît fort à la chair. Les incrédules y marchent au gré de leurs convoitises. (2 Pierre 2-2 - Psaume 1.) Convoitise des yeux, convoitise de la chair, orgueil de la vie : Tel est leur mot d'ordre.

 

Les gens qui sont sur la voie large, méprisent et haïssent ceux qui la quittent pour suivre la voie étroite. "Il n'est ni nécessaire ni possible, disent-ils, de marcher sur celle-ci, ceux qui y cheminent ne valent pas mieux que les autres, personne ne peut être parfait, pourquoi donc essayer de le devenir ? D'ailleurs, ne vaut-il pas mieux suivre tous la même voie ? C'est le moyen d'avoir l'union et la paix. Bien des gens qui ont vécu comme nous ont pourtant été sauvés. Et puis ne faut-il pas être hypocondre et insensé pour se jeter de gaîté de coeur dans un chemin raboteux et pénible". 

 

Mais ceux qui suivent la route de Sion, ne peuvent assez s'en féliciter, ils ne peuvent assez dire combien de bonheur ils y ont déjà trouvé et combien ils en attendent encore pour l'avenir, de sorte qu'ils ne sont point rebutés par les difficultés et par les peines du voyage.

 

Je vis un jour en esprit la voie large. Elle était spacieuse et droite, elle ressemblait à Une allée plantée d'arbres verdoyants, seulement il était évident qu'elle allait en descendant, elle était d'ailleurs couverte de voyageurs. Ces gens marchaient avec confiance et sans inquiétude. Les uns paraissaient très affairés, d'autres se livraient au plaisir et à la joie, mangeant et buvant comme les Israélites quand ils célébraient le culte du veau d'or. Quelques-uns étaient uniquement occupés de leur toilette, d'autres, de telle ou telle vanité de ce monde. Du reste, tous semblaient pressés, ils se hâtaient comme, des gens à qui il ne reste que peu de temps, on les voyait s'exciter les uns les autres à accélérer le pas, et enfin beaucoup même se mettaient à courir. On entendait eu même temps le murmure confus de leurs voix, dans lequel on distinguait par momens des paroles semblables à celles du deuxième chapitre du Livre de la Sagesse. Mais bientôt le chemin disparut avec les voyageurs, et il se fit un grand silence, et quelques instants après j'entendis des cris affreux et d'horribles gémissements : "O insensés que nous étions ! Montagnes, tombez sur nous, coteaux, couvrez-nous!". (Luc 23.30) 

 

Seigneur ! éprouve-nous et sonde nos cœurs. Examine nos voies et conduis-nous au chemin du salut. Amen !

 

La porte est étroite et le chemin est étroit qui conduit à la vie, et il y a peu de gens qui le trouvent et encore moins qui y marchent, Ce n'est pas pourtant que cette porte et ce chemin ne soient assez larges pour ceux qui ont un désir sincère d'y entrer. Une âme qui se sent pauvre, nue et dépourvue par elle-même de toute justice et de toute paix, une âme humble comme un petit enfant, trouve toujours la porte ouverte et le passage facile, l'Esprit saint l'introduit et dirige ses pas. Mais la porte de la vie est étroite et impossible à passer pour ceux qui veulent y entrer avec leur esprit mondain. leurs passions terrestres et leur tiédeur, tout autant vaudrait faire passer un chameau par le trou d'une aiguille. Si donc l'homme ne peut entrer, c'est sa faute et non pas celle de la porte.

 

Combien d'âmes augmentent elles-mêmes les difficultés de leur conversion et de leur entrée dans le royaume des cieux! (1) Si, dès les premiers moments du réveil, on se montrait plus fidèle, plus sérieux et plus docile, on avancerait plus vite et avec moins de peine sur le bon chemin, et l'on irait plus loin dans la sanctification. Faute de ces dispositions, on n'arrive que par de nombreux détours dans la Terre Promise, et avec une petite mesure de grâce dans l'éternité.

 

Nous faisons souvent comme les enfants qui courent en avant sur la route de toutes leurs forces, puis reviennent sur leurs pas s'arrêtant çà et là, se reposant à chaque instant, et qui font dix fois le même bout de chemin sans nécessité. L'inconstance et l'amour du changement nous font bien du mal! Il est peu d'âmes réveillées qui sachent aller droit au but. Je n'entends pas. qu'il faille passer légèrement sur les mouvements de repentance et d'humiliation par lesquels l'Esprit de Dieu nous amène à Christ mais je parle ici des écarts et des retards auxquels on s'expose par sa faute en suivant son propre esprit. Combien d'âmes. courent à l'aventure et sans but déterminé, et franchissent à chaque instant les barrières marquées dans la Parole de Dieu ! Aussi le Seigneur a-t-il souvent lieu de dire de nous comme de l'ancien peuple : Que nous l'avons irrité par nos égarements pendant quarante ans, et même bien plus encore; et il peut nous appliquer ces paroles de ce Psaume : "Ce sont des gens dont le cœur aime le chemin de l'erreur et qui ne veulent point apprendre à suivre mes voies".

 

Quand un homme a le cœur touché du sentiment de ses péchés, il doit s'informer avec componction de ce qu'il faut qu'il fasse pour être sauvé, et chercher avec empressement des instructions et dans les prédications et dans des entretiens particuliers. Qu'il soupire avec ardeur après la grâce de Dieu, et ne craigne pas d'être humilié par la Parole divine, et convaincu par elle de son état de corruption et de perdition absolue. Le cœur contrit et brisé, qu'il se laisse amener aux pieds de la croix, comme un faible enfant, comme un être pauvre, misérable, aveugle et sourd, pour recevoir la justification qui est accordée a ceux qui croient de tout leur cœur à l'efficace du sang du Christ. Par cette route on ne tarde pas à arriver à la foi, à là grâce et à la paix, comme nous le prouvent ces cinq mille personnes qui, lors de la première Pentecôte chrétienne, à l'occasion de la prédication des apôtres, crurent aussitôt en Jésus. Ah ! nous imiterions mieux ces chrétiens de la primitive église, si nous ne nous laissions pas sans cesse arrêter par les obstacles, détourner par les séductions et entraîner par les passions !

 

Le but de ce bulletin est de signaler les difficultés et les dangers qui se présentent sur la route des chrétiens, de les mettre en garde contre les pièges, et de les encourager à marcher en avant sans s'arrêter ni se détourner jamais. Je ne veux point assurément les engager à travailler par leurs propres forces. Bien au contraire, ceci est destiné à leur apprendre à renoncer à tout ce qui vient d'eux-mêmes, à leurs propres efforts, à toute tentative de se tirer eux-mêmes d'affaire, il a pour but de leur enseigner à s'abandonner entièrement à la grâce de Dieu et à n'avoir recours qu'à elle seule.

 

Les effets de la grâce divine nous sont très bien représentés dans un des chapitres du petit catéchisme de Luther, où il est dit, que le Saint-Esprit adresse d'abord des appels aux chrétiens, qu'ensuite il les attire hors du monde vers Jésus-Christ, puis qu'il les éclaire de ses dons, qu'il les sanctifie par la foi, qu'il leur pardonne journellement et pleinement toutes leurs fautes, et enfin qu'il les fait demeurer en Jésus-Christ par la seule vraie foi, à quoi nous ajouterons qu'il les pousse de jour en jour à fuir le mal et à faire le bien pour glorifier leur Créateur, qu'il leur accorde de mourir en paix et qu'il leur donne la vie éternelle en Jésus-Christ.

 

(1) Je ne veux pas dire par là qu'il faille se contenter d'une repentance, d'une foi superficielle, mais je pense que beaucoup de gens bien disposés se créent eux-mêmes des obstacles en cherchant péniblement à se frayer une route par leur propre travail, au lieu de suivre avec simplicité celle qui est toute tracée. 
Nathan Michelin - ACO

 

 

 Merci de bien vouloir svp nous informer de tout lien mort ou anomalie sur cette page  

 

Pour écrire à la modératrice du blog A Cœur Ouvert, cliquez sur l'enveloppe - Merci 
 

                               

 

Retour à l'accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :