Mais, qu'est-ce que Dieu veut ?

 

Mais, qu'est-ce que Dieu veut ?

 

 

 

 

La question mérite amplement d’être posée. Au plus profond de nous-mêmes, nous nous posons souvent cette question : Qu’est-ce que Dieu veut au juste ? Il semble qu’il n’est jamais satisfait de tous les efforts que nous faisons pour lui plaire. Ce n’est jamais assez, il veut plus et plus encore : Plus de notre temps, de notre argent de notre disponibilité. Bref, il veut tout sans se soucier de ce qui nous reste.

 

Une simple impression

 

Bien entendu, vous aurez compris qu’en disant cela, je parle à la manière des insensés. Quoique, pour être honnête, il nous faudra admettre que ces réflexions ont plus d’une fois traversées nos pensées. Une chose est certaine, beaucoup de chrétiens passent une bonne partie de leur vie à se sentir coupable de ne pas en faire assez. Et dans bien des cas, il est effectivement vrai que le sens de l’intégrité, de la fidélité et du service fait défaut chez plusieurs d’entre nous. Or, le fait de se mettre à en faire plus ne réglera pas le problème de la culpabilité dont je parle dans cet article. Généralement, plus un chrétien s’implique, plus il prend conscience de tout ce qu’il lui reste à faire et donc, plus il se sent coupable de ne pas être à la hauteur. C’est là un cercle vicieux dont il est difficile de sortir.

 

Revenons à la Parole de Dieu

 

Loin de moi l’idée de contredire ce que déclare la Parole de Dieu en ce qui concerne la qualité de notre appel à servir Dieu le plus fidèlement possible. Cependant, il faut éviter de mettre la charrue avant les bœufs. D’abord, le Seigneur ne nous appelle pas à faire un tas de choses pour le servir pour le seul plaisir de nous dire à la fin : "Bon et fidèle serviteur, entre dans la joie de ton maître" Dieu se cherche des serviteurs (doulos) qui le serviront selon un esprit volontaire et non sous la contrainte. Autrement dit, on ne sert pas le Seigneur avec le souci de se rendre acceptable devant Lui. La Parole de Dieu est très claire là-dessus : "La vie éternelle, c’est de le connaître Lui le seul vrai Dieu". (Jean 17.3). La vie éternelle ne consiste pas d’abord à servir le Seigneur de toutes nos forces, mais à le connaître et à être en communion profonde avec Lui.

 

Le connaître

 

C’est à ce point précis que le christianisme actuel rencontre ses plus gros problèmes. Peu de gens dans nos églises connaissent Dieu par une communion réelle et profonde. Nombreux sont ceux qui connaissent beaucoup de choses à propos de Dieu, mais il y en a trop peu qui le connaissent Lui, le seul vrai Dieu. De ce nombre, plusieurs compensent leur faible relation avec Dieu par des œuvres abondantes. Et puisque ces œuvres ne sont rien de plus que des œuvres de la chair, elles ne peuvent rien produire de très riche sur le plan spirituel. Pauvreté spirituelle et culpabilité morbide s’en suivent dans un tourbillon incessant d’émotions instables.

 

Bâtir une maison

 

Les chrétiens veulent plaire à Dieu mais ils ne savent pas vraiment comment y arriver. Que font-ils alors ? Ils lui construisent des demeures. Par demeures, j’entends, des projets de toutes sortes. Ainsi donc, nous construisons beaucoup de choses pour Dieu parce que nous avons besoin de sentir que nos vies servent à quelque chose d’utile devant Lui. Mais est-ce bien ce que Dieu attend de nous ?

 

"Ainsi parle l’Éternel : Le ciel est mon trône, et la terre mon marchepied. Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel lieu me donneriez-vous pour demeure ? Toutes ces choses, ma main les a faites, et toutes ont reçu l’existence, dit l’Éternel. Voici sur qui je porterai mes regards : Sur celui qui souffre et qui a l’esprit abattu, sur celui qui craint ma parole". (Ésaie 66.1-2)

 

" … Voici sur qui je porterai mes regards ..." :

 

Ce ne sont pas nos grands projets qui plaisent à Dieu, mais notre attitude humble qui consiste à nous attendre à Lui en tournant constamment sur Lui les regards. Voilà ce que Dieu regarde.
R.G 12.09.11

 

Connaitre Dieu

 

Jamais dans l’histoire de l’homme la qualité des systèmes de communication n’aura été aussi développée qu’actuellement. Cependant, la qualité des communications en elles-mêmes n’aura jamais été aussi confuse. Il semble bien que par communication, nous voulons généralement dire diffusion d’information. Nous communiquons énormément les uns avec les autres, mais en même temps, nous nous connaissons si peu.

 

Connaître des choses

 

Le seul fait que nous connaissions certaines choses au sujet d’une personne suffit souvent à nous laisser croire que nous connaissons bien cette personne. Par exemple, nous connaissons plutôt bien la plupart des politiciens qui dirigent nos états. Comme nous n’avons pas accès directement à eux, nous les connaissons par ce qu’en disent les médias. Et de là provient l’opinion que nous nous faisons d’eux. Cette opinion est-elle juste ou non ? Dans bien des cas, ceux qui écrivent à leur sujet ont pour fonction de les critiquer. On rapporte plusieurs de leurs paroles, mais en faisant souvent fi du contexte dans lequel ces déclarations ont été faites. Ce sont bien leurs paroles qui sont rapportées, mais pas les idées profondes qui les ont fait naître. Mais au-delà de toutes ces informations qui nous parviennent, qu’est-ce qu’il y a de vrai dans tout cela ?

 

Ainsi en est-il de Dieu

 

Les trois derniers siècles ont été ceux de tous les règlements de comptes avec Dieu de la part des penseurs et philosophes occidentaux. Il a donc été souvent question de Dieu dans les grands ouvrages littéraires. Or le problème est justement que ceux qui ont parlé de Dieu font partie de ceux qui le connaissent mal. Certes, ils citent des textes bibliques, mais sans jamais tenir compte des contextes. Ainsi, la plupart des gens de notre génération ont une connaissance relative de Dieu qui leur vient de plusieurs sources, mais peu de gens ont pris le temps d’aller à Dieu pour le connaître LUI. De là toutes les idées erronées à son sujet. "Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ". (Jean 17.3)

 

'Ginosko'

 

Dans le texte grec, le verbe connaître est 'ginosko', mot qui signifie apprendre à connaître, venir à la connaissance. Il y a ici quelque chose de plus profond que le simple fait d’avoir de la connaissance au sujet de quelqu’un. Il s’agit plutôt de connaître cette personne personnellement et intimement. Le seul fait d’aller à l’église tous les dimanches ne signifie en rien que nous connaissons Dieu. Je pourrais lire des centaines de bon ouvrages théologiques, et encore là, rien de tout cela ne me fait réellement connaître Dieu. J’irais même jusqu’à dire que je peux lire la Parole de Dieu assidûment sans pour autant connaître Dieu. Bien que ces activités soient excellentes pour ma santé spirituelle, au mieux, elles me permettront seulement de connaître des choses à propos de Dieu.

 

" … Qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu …"

 

Comprenons bien que je ne veux décourager personne de lire et méditer la Parole de Dieu ni de bons ouvrages théologiques. Cela m’apparaît indispensable au bon développement du chrétien. Mais ce n’est pas tout de connaître des choses extraordinaires sur Dieu, il faut le connaître Lui. Or, comment saurons-nous que nous le connaissons?


"Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui : Par là nous savons que nous sommes en lui. Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même". (1Jean 2.3-6)

 

" … Si nous gardons ses commandements …"

 

Il ne s’agit pas ici de garder les commandements de Dieu au sens de la Loi de Moïse. Il ne s’agit pas non plus de garder les commandements au sens légaliste du terme, mais au sens passionnel. Celui qui connaît Dieu par le biais d’une communion intime par laquelle il développe une amitié et un respect profond envers Dieu n’a d’autre désir que de lui plaire.

Gaëlle Deprez  - ACO

 

 
Pour écrire à la modératrice du blog A Coeur ouvert,
veuillez svp cliquer sur l'enveloppe - Merci 
 

                               

 

Retour page 'Accueil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :