Pour une intercession efficace

Publié par A Coeur Ouvert

Temps de lecture : 4 mn

Je m'aventure à vous suggérer quelques pensées sur la prière, qui incarnent certaines de nos convictions les plus mûres sur ce grand sujet et sont évoquées de la même façon par l'enseignement de l'Ecriture sainte.

En tant qu’intercesseur, donnez-vous au Seigneur tout à nouveau, afin qu’Il Se charge d’accomplir en vous toutes les conditions prérequises pour que vous deveniez un parfait canal de bénédiction et mettez à l’épreuve la promesse : "Si vous demeurez en Moi et que Mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé" (Jean 15.7).

Considérez bien avant de mettre un quelconque objet ou une quelconque personne devant vous dans la prière :

- Si c’est selon la volonté de Dieu,

- Si vous pouvez revendiquer pour votre requête une promesse définie,

- Si le fardeau est mis sur votre cœur par l'esprit de prière,

et après avoir ainsi décidé de prier, ne cessez jamais de prier avant que vous n'obteniez la réponse, ou du moins l'assurance de la réponse.

Rassemblez avec vous dans la prière, un ou plusieurs ami(e)s chrétiens parmi les plus pieux, particulièrement dans des cas critiques. Un grand avantage dans cette disposition est que, parce que l’égoïsme est capable de colorer nos supplications, lorsque d'autres s’unissent avec nous, ils sont moins affectés par les motivations qui peuvent à l'excès nous influencer.

Vous pouvez être sûrs qu'il n’y a aucun indice plus vrai de ce que vous êtes spirituellement que celui qui se trouve dans ce que vous chérissez habituellement et dans ce après quoi vous languissez puisque cela trouvera naturellement son expression dans vos habitudes de prière secrète.

Peu importe ce que la prière a produit, atteint ou accompli pour nous, des possibilités illimitées sont toujours couchées devant nous. Nous pouvons nous demander si nous avons toutefois touché davantage que le bord du vêtement du Dieu qui entend la prière. Nous venons timides et en tremblants, alors que nous devrions venir courageusement et avec assurance. Nous demandons mais peu, là où nous devrions seulement honorer Dieu en Lui demandant de grandes choses.

Dans la prière ne pensez pas à vous comme quelqu’un frappant à une porte fermée. Le cri d’agonie de Christ a déchiré le voile en deux et a ouvert tant la vision que l'entrée du lieu très saint avec le siège de la miséricorde. Allons courageusement à un trône de grâce. Dieu n'est pas un Dieu réticent, ayant besoin d'être assiégé comme une ville barricadée, qui doit subir la contrainte avant de capituler. Ne supplions pas, assiégeons.

N'oubliez pas que d'autres pour lesquels vous priez peuvent ressentir plus de réconfort en réponse à votre intercession que ce que vous en obtenez.

Il n’y a pas une injonction à la prière, mais sept. C'est en effet un commandement à connaître vous-même Dieu, à être conforme à Son image, à vous maintenir dans Son amour, à vous appliquer à être trouvé approuvé de Dieu, à collaborer main dans la main avec Dieu, à goûter et voir que le Seigneur est bon, à lui donner pouvoir concernant l’œuvre de Ses mains.

L'obstacle le plus grand pour la conversion des hommes n'est pas tellement la barrière en eux mais la barrière en nous. L'Eglise en tant que personne morale, n'a jamais encore accepté, intelligemment, avec reconnaissance et amour, joyeusement et avec assurance, les promesses de Dieu aux âmes priantes.

Le vrai médiateur apprend à revendiquer la bénédiction. Il voit toutes choses bonnes, fournies et prêtes et il y vient comme un enfant affamé à la table de son père, qui ne demande pas à être nourri, mais qui se sert lui-même avec ce que son père, dans son amour, a étalé devant lui.

Cherchez d'abord le Royaume de Dieu et Sa justice, mettez en premier les premières choses et Dieu ajoutera les choses secondaires sans que vous les cherchiez. Dans une transaction aussi sublime que votre abandon propre à Dieu - corps, âme et esprit -, Il déverse "toutes ces choses" comme si elles n’étaient même pas dignes d'être comptées ou mentionnées (Matthieu 6.33).

Cultivez un sainte quiétude dans votre préparation à la prière privée, de même qu’un lac, lorsqu'il est agité, ne peut refléter le ciel qui le recouvre, ainsi donc, votre cœur tandis qu’il est dérangé et distrait, ne peut pas refléter le visage de Dieu. Attendez devant Dieu jusqu'à ce que vous soyez dans la paix.
Manon Adrian - Ministère A Cœur Ouvert - 02.11.22

                                                                

Attention ! l'inscription à la newsletter ci-dessous ?? ne fonctionne pas correctement - Ne pas utiliser !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :