Comment décider selon Dieu

Publié par A Coeur Ouvert

Je suis chrétien et je me préoccupe de :

- Mon orientation scolaire ou du choix d'un métier.
– Je suis au chômage et j'hésite à gonfler un peu mon CV en vue d'une offre d'emploi.
– Je m'interroge sur la vocation, envisage de servir Dieu et les hommes, mais, sera-ce à plein temps ou en plus de ma profession ?
– Je pense au mariage, mais avec qui ?
– Le célibat ne me correspondrait-il pas mieux ?
– Je m'interroge pour savoir où je choisirai de vivre ou quelle mutation demander ?
– Quels loisirs pratiquer ?
– Puis-je voir ce film, lire cette B.D., ce roman ?

Bref, grandes ou petites, je dois sans cesse prendre des décisions et je voudrais les prendre en conformité avec les commandements de Dieu

Décisions morales

Les décisions morales semblent poser le moins de problèmes: Est-ce bien ou mal ? En ce qui concerne ce genre de choix nous pouvons choisir entre plusieurs niveaux d'estimation : Notre conscience, les usages communs, les lois humaines, les lois révélées par Dieu. En tant que chrétien nous chercherons la réponse dans la Bible qui s'exprime clairement sur un certain nombre de sujets moraux, notamment avec les dix commandements et l'obligation d'aimer les autres comme soi même. Ainsi peuvent être prises d'innombrables décisions pour notre plus grand bien. Je dois ainsi choisir de refuser de gonfler mon curriculum vitae parce que la Bible dit clairement : "Tu ne porteras pas de faux témoignage". Je ne prendrai pas plaisir à voir des films, à lire des B.D. ou des romans qui tournent Dieu en dérision (Tu ne blasphémeras pas) ou qui sont impudiques ou occultes. (Fuyez l'impudicité, condamnez les oeuvres infructueuses des ténèbres).

Décisions banales ?

D'autres décisions semblent sans valeur morale directe et nous les prenons "comme ça" sans en référer au ciel, par exemple : Quelles chaussures choisir, ou comment dépenser ses étrennes ou une rentrée d'argent exceptionnelle ? Nous prenons bon nombre de décisions de la vie quotidienne ainsi, il n'empêche qu'elles finissent par en dire long sur notre style de vie. Les décisions banales ont aussi des implications morales et nous devons nous exercer à les considérer : Vais-je acheter forcément les chaussures les plus chères parce qu'à la mode, vais-je soustraire sur cette rentrée d'argent une somme pour parrainer un enfant réfugié ?

Décisions stratégiques

Entre les décisions morales et les décisions banales, il en existe qui sont importantes et pour lesquelles nous aimerions recevoir une réponse directe et précise de la part du Seigneur : Le choix d'un conjoint, d'une profession, l'orientation pratique de notre vocation spirituelle sont de ce nombre. Or la Bible ne nous fournit à ce sujet que des exemples de choix faits par d'autres personnes à d'autres époques, plus quelques principes généraux. Souvent nous nous écrions "Seigneur montre-moi", "Seigneur dis-moi", "Seigneur ouvre ou ferme la porte". Nous paraissons spirituels puisque nous nous référons au Seigneur. Seulement voilà, s'agit-il des prières que le Seigneur attend ?

Gare aux comportements "magiques"

Comment interpréter en effet les "signes" que nous avons demandés au Seigneur ?
- La porte semble se fermer : Est-ce le Seigneur qui nous fait comprendre qu'il vaut mieux s'arrêter, où est-ce le diable qui multiplie les obstacles ?
- La porte semble s'ouvrir : Est-ce le Seigneur qui nous encourage, ou le diable qui nous attire dans un traquenard ?
- Nous avons eu une vision, un rêve, une prophétie, un verset biblique pioché au hasard, une série de coïncidences (on tient grand cas de ces choses dans bien des milieux chrétiens). Mais alors, qu'est-ce qui nous dit que la vision, le rêve ou la prophétie viennent bien de Dieu ? Le diable peut en effet "se déguiser en ange de lumière". Sommes-nous sûrs que le verset tiré au hasard soit bien pour nous et que nous le comprenons bien ? Les coïncidences ne sont-elles pas celles que nous voulons bien trouver ? D'ailleurs Dieu se prête-t-il à ce genre de pratiques qui ressemblent étrangement à de la divination ? D'autres tirent les cartes ou consultent une voyante !

Subjectivité de l'expérience

Tous les moyens qui tiennent de l'expérience posent un problème grave : Avons-nous vraiment moins de chance de nous tromper en recherchant une révélation directe ou indirecte qu'en réfléchissant sérieusement ? Le danger est grand de s'auto-suggérer et de prendre notre volonté pour celle de Dieu. Par ces procédés Dieu est mis à notre service et la faculté de raisonnement et de choix que Dieu a donnée à l'homme est laissée de côté.

On dira ... "Mais dans l'Ancien Testament, ou dans les Evangiles et les Actes, nous lisons que Dieu s'est souvent servi de moyens surnaturels pour faire connaître sa volonté aux hommes". C'est vrai, Dieu l'a fait et peut le faire encore, mais la question que nous devons nous poser est la suivante : "Est-ce que Dieu utilise habituellement des moyens surnaturels pour nous faire connaître sa volonté ?" Je crois qu'il faut répondre non, premièrement parce que l'Ecriture est le moyen ordinaire par lequel Dieu révèle sa volonté et ensuite parce que si nous avions un accès direct à la "Direction Divine" il n'y aurait pas autant de divisions parmi les chrétiens. D'ailleurs ces divisions ne proviennent-elles pas justement du fait que certains sont tellement sûrs d'eux, se croient inspirés, qu'ils portent sur les autres des jugements sans appel ?

Décisions responsables

Dieu veut que ses enfants prennent des décisions responsables. Il leur a donné le Saint Esprit pour renouveler leur intelligence, il leur a donné sa Parole pour servir de référence, il a établi la famille pour que les enfants tiennent compte de l'avis des parents, il a donné l'Eglise pour que puissent se manifester des dons de sagesse et d'exhortation. Dieu enfin a donné la prière pour que nous puissions lui demander comme des enfants décidés à prendre leurs responsabilités : "Seigneur, aide-moi à faire le bon choix en tenant compte de tout ce que tu as mis à ma disposition d'objectif pour bien saisir ta volonté". Les moyens surnaturels ou irrationnels sont souvent, hélas, des recours qui prouvent une grande immaturité, une fuite de ses responsabilités. Quel père accepterait que son fils majeur vienne sans arrêt lui dire : "Dis-moi ce que je dois faire". Il faut viser "l'état d'homme accompli dont le jugement est exercé par l'usage à discerner ce qui est bien et ce qui est mal" (Hébreux 5.13). Il n'y a pas de liberté chrétienne sans choix responsables, nous ne sommes pas des automates ou des zombies !
Martin Arbadel - ACO - Septembre 22

                                                                

Attention ! l'inscription à la newsletter ci-dessous ne fonctionne pas correctement - Ne pas utiliser !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :