A propos ...

Publié le par A Coeur Ouvert

 

 

...

de :  demeurer unis à Christ

 

"Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire" (Jean au chapitre 15)

Quelle affirmation percutante de la part de Jésus ! Cela semble, à l’évidence, contraire à tout raisonnement logique et raisonnable. Jésus ne verrait-il qu’une partie de la question ? Aurait-il une vue tellement partielle ? Serait-il présomptueux au point qu’il affirmerait que rien ne se fait en dehors de lui ?

Il s’agit de prendre conscience que nous dépendons de Dieu pour nos capacités. Pilate croyait pouvoir affirmer devant Jésus : "'Ne sais-tu pas que j’ai le pouvoir de te crucifier et que j’ai le pouvoir de te relâcher ?' Jésus lui répondit : 'Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir s’il ne t’avait été donné d’en haut'" (Jn 19.10-11). "C’est du Seigneur, par lui et pour lui que sont toutes choses", conclut Paul (Rom 11.36). La première chose est d’accepter qu’il est la source de mes capacités, même physiques ou psychologiques. Même si c’est moi qui fais mon jardin, c’est grâce à lui. 

Jésus insiste sur un verbe : "Demeurez en moi et je demeurerai en vous. Un sarment ne saurait porter du fruit tout seul, sans demeurer attaché au cep. Il en est de même pour vous : Si vous ne demeurez pas en moi, vous ne pouvez porter aucun fruit. "Je suis le cep de la vigne, vous en êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure portera du fruit en abondance, car sans moi, vous ne pouvez rien faire" (Jean 15.4-5). C’est là que devrait être notre objectif : "Demeurer unis à Christ", et non de chercher à agir par nous-mêmes. 

Jésus nous dit encore aujourd’hui : "Venez à moi … Et je vous donnerai du repos". Il n’y a que lui qui puisse le faire, que lui qui puisse donner la paix, la certitude du salut, l’assurance de sa direction pour tous les domaines de la vie.

Combien je peux constater dans ma vie personnelle que Dieu m’a conduit dans mes choix, combien il a permis que je ne m’égare pas. Le constat heureux que je fais n’est pas lié à une intelligence supérieure, à des capacités hors normes, mais à l’action de Dieu. Je ne peux que le remercier pour ce qu’il fait. Et cela, il l’a fait pour beaucoup.

Notre Dieu fait de grandes choses aujourd’hui encore, pour ceux qui sont unis à lui.
P.G - ACO - L'édito de la semaine - 29.11.21

 

 

 

Pour écrire à la modératrice du blog 'A Cœur ouvert', veuillez svp cliquer sur l'enveloppe - Merci    

Retour page 'Accueil

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>