🔹

Publié le par A Coeur Ouvert

 Par Emma Paricet - Ministère A Cœur Ouvert
Voici une série de messages audios hebdomadaires
de l'évangéliste Fernand Legrand

Converti tardivement, il pensait que porter la Bonne Nouvelle et amener les incroyants à se convertir pour recevoir le salut de Dieu, était la chose la plus importante qu'il avait à faire jusqu'à la fin de sa vie. Et c'est ainsi qu'il a vécu !
"Je suis engagé comme volontaire, mais dans une autre armée et pour un autre combat. Pour toute arme, j’ai la prière et la Parole de Dieu. Je m’en sers comme d'une épée que je lance dans les consciences, les compromis, les péchés et les traditions poussiéreuses. Et elle fait son travail. Je ne suis pas théoricien pour deux sous, mais je sais de quoi je parle car je parle d'expérience. Ma prédication, c'est du vécu. Ma seule éloquence c'est de croire chaque mot que je dis".
Décédé le 17 décembre 2010 à l'âge de 83 ans, paisiblement, dans l'indifférence générale des évangéliques, semble-t-il. ... Fernand Legrand a passé sa vie à évangéliser, comme si cette vie en dépendait. De fait, sa vie en dépendait car il se sentait une âme missionnaire et portait un vif sentiment de responsabilité devant Notre Seigneur : Laisser une âme ne pas avoir reçu l'Évangile de Dieu était pour lui une pure abomination, tout en respectant la liberté individuelle. Ce qu'il ne voulait pas, c'est qu'une âme puisse ne pas décider en pleine conscience et connaissance de l'usage qu'elle allait faire de sa liberté face à Dieu.
"Je suis engagé comme volontaire, mais dans une autre armée et pour un autre combat. Pour toute arme, j’ai la prière et la Parole de Dieu. Je m’en sers comme d'une épée que je lance dans les consciences, les compromis, les péchés et les traditions poussiéreuses. Et elle fait son travail. Je ne suis pas théoricien pour deux sous, mais je sais de quoi je parle car je parle d'expérience. Ma prédication, c'est du vécu. Ma seule éloquence c'est de croire chaque mot que je dis".
Décédé le 17 décembre 2010 à l'âge de 83 ans, paisiblement, dans l'indifférence générale des évangéliques, semble-t-il. ... Fernand Legrand a passé sa vie à évangéliser, comme si cette vie en dépendait. De fait, sa vie en dépendait car il se sentait une âme missionnaire et portait un vif sentiment de responsabilité devant Notre Seigneur : Laisser une âme ne pas avoir reçu l'Évangile de Dieu était pour lui une pure abomination, tout en respectant la liberté individuelle. Ce qu'il ne voulait pas, c'est qu'une âme puisse ne pas décider en pleine conscience et connaissance de l'usage qu'elle allait faire de sa liberté face à Dieu.

La vie après la vie

Quel passionnant récit que celui qui suit !
Chacun peut le lire pour soi dans le livre qu’on appelle la Bible. Il se trouve au chapitre 16 du Nouveau Testament. On le doit à la plume inspirée d’un certain Luc, médecin, d’origine grecque.
Nous avons ici l’un des récits les plus richement détaillés de la Bible. Je n’ai pas la prétention d’épuiser le sujet, surtout quand on sait que chaque détail a pour but d’illustrer une vérité spirituelle.
S’il est une histoire que beaucoup d’hommes aimeraient que Jésus Christ n’ait jamais rapportée, c’est celle-ci. Cette histoire heurte notre insouciance d’hommes pécheurs, mortels et perdus. Ce récit nous éveille à l’une des plus grandes vérités de la Bible : L’homme, créé à l’image de Dieu, a une destinée éternelle. Le malheur éternel ou le bonheur éternel, telle est la redoutable alternative devant laquelle chacun de nous est placé ...

 Lecture : Luc chapitre 16

Fichier audio MP3 - 31' - 3,6Mo

Les messages sont laissés sur le site une semaine
 Tous les messages audios sont au format MP3 (MPEG-1/2 Audio Layer 3)

 

 

Suivre pour connaitre

"Nous connaîtrons l’Éternel et nous continuerons toujours à le connaître" (Osée 6.3)